TOKYO GHOUL
bringing out the worse in mankind to show monsters how to be human.
HIGANBANA

contexte règlement bottin groupes annexes boutique carte partenariat



17.01.19 // event 1 : lanternes du nouvel an. bonne année à tous ! ♥
02.12.18 // ouverture v2
30.10.18 // hiatus
30.07.18 // ouverture
TOKYO, DECEMBRE 2018 ✧ Plusieurs années après des attentats perpétrés par un mystérieux groupe terroriste nommé Higanbana, laissant la ville entière dans l'inquiétude et les quartiers du CCG en ruines, la menace frappe encore en révélant l'existence des ghouls au grand public. Alors que tous découvrent brutalement que leur entourage est parsemé de monstres mangeurs d'hommes, ghouls comme humains se divisent et s'opposent : qui de la proie ou du prédateur mérite de survivre, et est-ce que la question doit au moins être posée ?
La réponse ici.
SYBILE
fondatrice
KONOTORI
admin
RIN
modo
030302

Inspecteur Hakuei ft. Sybile

Hakuei L. Sakurada
humain
Hakuei L. Sakurada
Inspecteur Hakuei ft. Sybile LQ7pHZn
Messages : 21
Présentation : introduction | dossier
Arrondissement : 14° & 15°
Réputation : 330
Inspecteur Hakuei ft. Sybile Dim 16 Déc - 16:02



Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412

Inspecteur Hakuei

A la base, la journée commençait bien. Ou du moins, normalement. Hakuei s'était levé, en retard pour ne pas changer, avait vu l'heure et s'était recouché aussitôt. Il était déjà à la bourre de toute façon, autant que ce soit pour une vraie grasse matinée. Mais contre toute attente, le sommeil avait refusé de s'offrir à nouveau à lui. Donc Hakuei s'était levé du mauvais pied. Hakuei s'était levé du pied de Ledger. En soit les deux nominations correspondent à la même personne, disons que le principal intéressé utilise l'un ou l'autre en fonction de ses humeurs. Et aujourd'hui, il avait décidé d'être le gosse turbulent et inconscient qui habitait le plus souvent son corps fragile. Sa main gauche caressa lentement son bras opposé. Ou plutôt, l'absence de bras. Disons carrément le squelette qui habillait le membre manquant.

Oui, le corps humain est fragile. Cette Ghoul le lui avait démontré en quelques instants. La nostalgie commençait à le saisir, alors Ledger sauta du lit, se doucha, s'habilla avec soin et se coiffa avec maladresse. Quelques minutes plus tard, l'air frais lui chatouillait le visage et une nouvelle aventure débutait. Instinctivement, le gamin s'était dirigé vers son lieu d'instruction, avant de se rappeler qu'il avait décidé de ne pas s'y rendre aujourd'hui. Nan. Il vagabonda, aux aguets. Des fois qu'une opportunité ne se présente. Mais rien. Alors il opta pour le plan B. Des rumeurs circulaient. Diverses, variées. L'une prétendait qu'une arène de Ghoul se trouvait dans le quartier. L'autre, que des enfants vendaient leur foie dans un hôpital miteux, comme un garde manger. Et une dernière, sur un prétendu bar, épicentre des informations sous-terraines. Un bar propre aux prédateurs de l'Homme. Un bar plein de carnassiers. Un bar plein de potentiels clients, d'opportunités cachées.

Ledger opta pour cette dernière aventure. Sans la moindre crainte d'être mal perçu (car après tout, il n'avait rien à cacher), il commença à interroger les passants. Avez-vous entendu parler de cette rumeur ? Qu'en pensez-vous ? Connaissez-vous un lieu susceptible d'accueillir des fréquentations douteuses ? La matinée ne fut néanmoins pas fructueuse, et cet entêtement à afficher volontairement sa prothèse n'aida pas. Les regards inquiets voire dégoûtés s'infiltrèrent peu à peu à ceux gorgés de surprise. Ledger décida de faire une pause, et se cala par terre, bien en vue. Des fois que quelqu'un ne change d'avis. Son enquête débutait cependant plutôt mal …


__________________________________



Y a le Croquemitaine


Il m'a croqué mon bras, on est pas pote


Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 37
Voir le profil de l'utilisateur
Sybile Van Hilde
ccg △ rang 2
Sybile Van Hilde
ghost flowers
Messages : 72
Présentation : LES FLEURS DU MAL
Journal : FROID POLAIRE
Fiche de renseignements : WWW
Arrondissement : 11e ✧ Ota
Quinque : Rui
Réputation : 490
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile Mer 19 Déc - 2:52

INSPECTEUR
HAKUEI
hakuei & sybile
Oui monsieur. Oui. Mh-mmh... Reçu. Je le surveille. Bonne journée.

Un soupir s'échappa de ses lèvres, et elle glissa son téléphone dans la poche où il était rangé. C'était son jour de repos aujourd'hui, et se disant qu'elle pouvait en profiter pour découvrir un peu à Nakano Broadway, Sybile y avait passé la plus grosse partie de sa matinée. Au final, c'était beaucoup trop vivant et bondé pour elle, et à part de jolies figurines, rien ne l'avait trop inspirée. Elle s'apprêtait donc initialement à aller explorer ailleurs, ou bien à rentrer chez elle si elle ne trouvait pas mieux à faire. Mais sa grossière erreur fût d'évoquer son idée de sortie le jour précédent devant ses collègues, qui pas fichus de venir investiguer eux-mêmes, s'étaient dit que ce serait bien plus pratique d'envoyer quelqu'un qui est déjà presque sur place pour surveiller un individu suspect. Et Sybile, pas fichue de dire non, avait accepté qu'on lui refile le sale boulot.

C'est sans son uniforme ou sa quinque qu'elle déambulait à la recherche du jeune garçon qu'on lui avait décrit, emmitouflée dans un un gros gilet en laine qui lui ôtait toute sa crédibilité d'inspectrice ; si elle n'avait pas eu son insigne, on ne l'aurait pas prise au sérieux. Elle ne mit pas bien longtemps à le trouver, assis par terre, pas en plein milieu mais pas non plus sur le bord d'une rue peu fréquentée, à interpeller les passants et à parler à qui voulait bien l'entendre de ghouls. Plus elle s'approchait en sortant la fameuse plaque pour faire taire le perturbateur, plus son visage lui semblait familier. Elle eu besoin de retourner l'information dans sa tête plusieurs fois avant de se rendre compte de qui il s'agissait, et une fois arrivée près de sa cible du jour, elle rangea tranquillement son insigne et ses mains glacées dans ses poches.

Bonjour monsieur Sakurada. Encore à causer des problèmes ?

Sybile avait prit l'habitude de s'excuser pour son accent et son vocabulaire réduit dès son introduction tant ses mots étaient maladroits, mais elle n'en avait pas vraiment besoin ici. Hakuei Sakurada était presque un récidiviste maintenant, à toujours fanfaronner et attirer des noises, et quoi qu'elle l'avait surtout assez souvent croisé dans les bureaux du CCG, elle avait aussi eu l'occasion de travailler sur son cas. L'unes de ses premières enquêtes après avoir été transférée d'ailleurs.

Je vois que vous vous portez bien.

Son regard clair avait viré inconsciemment vers le bras de l'intéressé, ou ce qu'il en restait ; une prothèse sordide et sans doute plus esthétique que pratique, dont le choix n'étonnait pas du tout Sybile. En fait, ça lui allait même bien. Voyant, étrange, déconcertant.

Mais elle n'était pas là pour juger. Elle se rendit compte que la façon dont elle l'épiait était sans doute déplacée, et dévia le regard. Les passants faisaient de moins en moins attention au turbulent personnage assis par terre, alors l'inspectrice en conclut que l'occuper assez longtemps pour qu'il se lasse et aille faire le fou plus loin était sans doute la solution pour que le calme soit retrouvé.

On vient encore de me faire un rapport sur vous. Je sais bien qu'être le centre de l'attention ne vous gêne pas, mais vous devriez quand même faire attention. Vous avez de la chance d'être toujours en vie.

__________________________________

u c
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei L. Sakurada
humain
Hakuei L. Sakurada
Inspecteur Hakuei ft. Sybile LQ7pHZn
Messages : 21
Présentation : introduction | dossier
Arrondissement : 14° & 15°
Réputation : 330
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile Sam 22 Déc - 15:49



Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412

Inspecteur Hakuei

Décidément, le poisson ne mordait pas. Personne ne semblait décidé à aider Ledger dans sa quête. Mais rien de bien méchant, il ne se décourageait pas pour autant. Après tout, si c'était aussi simple où serait l'intérêt ? De temps à autre il se relevait et rappelait son objectif du jour à haute voix, tel un émissaire du Roi.

" - Oyez oyez, braves amuses-gueules ! J'ai la gorge sèche et l'esprit embrumé par l'ennui ! Toujours personne pour ma quête d'un bar dédié à l'ennemi ? "

Certains le fixaient, patauds, cherchant à déceler une caméra cachée quelque part dans les ruelles. D'autres ne comprenaient rien à son discours. Et enfin, un ersatz de la population semblait le toiser avec un œil mauvais. Qu'importe, ces derniers glissaient sur le corps (ou plutôt le 3/4 de corps) de Ledger. Le désespoir commençait finalement à l'accabler, et sa mine des mauvais jours revenaient se jucher sur un visage précédemment plein de gaieté. Non, ça n'aiderait certainement pas. Il se mit à ruminer, le visage fixé solidement dans ses mains, et le regard fixé sur le sol. Des fois qu'une main n'en sorte et lui dise "eh Ledger, le bar que tu cherches je le connais : j'y suis mort ! Prend à gauche au coin de la rue, ils t'attendent avec un lait fraise !". Et au final, Ledger terrassa son infortune. Il vit une paire de pied, remonta lentement pour trouver des jambes et un gilet de laine. GAGNE ! Toujours assis, il s'agrippa au tissu et releva la tête. Cette fois, un immense sourire le décorait.

Mais alors qu'il attendait des informations, les paroles de la demoiselle lui sonnèrent étrangement familières. Les mots, mais aussi la voix. Sans pouvoir se les remettre, cela dit. Il écouta bien sagement, pris au dépourvu. D'abord il ne causait pas des problèmes : il se renseignait. Ensuite … comment connaissait-elle son nom ? Il était devenu si célèbre ? Ledger plissa les yeux. Une vieille technique pour se souvenir des gens. Ça ne marche jamais, mais au moins on évite d'avoir l'air trop con. Instinctivement, il suivit le regard de son interlocutrice. A tout les coups, une des nanas pleine de pognon que le Daron avait invité à sa fête de "rétablissement". Sa main squelettique lâcha le tissu et activa ses doigts machinalement, les comptant d'abord, puis les pliant et les dépliant à volonté.

" - Je ne créé pas de problème, Madame, je me renseigne. C'est là le rôle de tout bon citoyen, non ? "

Ledger avait hésité entre un ton provocateur, moralisateur, ou simplement guilleret. Son cerveau n'avait pas tranché, résultat sa voix s'était voulu plutôt faiblarde et tremblante. Il s'éclaircit la gorge et lâcha totalement la laine de son interlocutrice. Visiblement cette dame était de la police. Ou du CCG. Ou autre chose. Peut-être une agence secrète ? Mais en tout cas elle le surveillait. Ça risquait donc de barder. Surtout s'il lui avouait que sa gueule ne lui revenait pas du tout. Alors il décida de jouer le jeu.

" - Faut croire que je n'ai pas bon goût. La nouvelle a du se répandre, personne ne veut jamais me communiquer d'information. C'est agaçant et très ennuyeux ! "

Cette fois il la reluqua de haut en bas, se tordant le cou au passage. Se relever, pour quoi faire ?

" - Toutes les forces de police s'habillent en civil pour interpeller les infirmes ? "

Ledger avait horreur de ce mot. "Infirme" … autant l'associer à victime. Mais c'était un mot très convainquant pour simuler une blessure quelconque dans l'âme, et les gens se voulaient toujours serviables après une telle attaque. Le gamin souriait, mais se doutait bien que son petit numéro ne prendrait pas. Un éclair de génie le traversa presque aussitôt.

" - Eh mais ! J'ai pas bien vu votre plaque mais votre devise doit être de servir non ? Ou un truc du genre ? Du coup j'ai un renseignement à vous demander … "

Et tel un gosse qui ne comprend rien des mises en garde des adultes ...

" - Je cherche un prétendu bar à Ghoul établit dans le quartier … vous me payez un lait fraise ? "

Non, il ne se laisse pas démonter le bougre !    


__________________________________



Y a le Croquemitaine


Il m'a croqué mon bras, on est pas pote


Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 37
Voir le profil de l'utilisateur
Sybile Van Hilde
ccg △ rang 2
Sybile Van Hilde
ghost flowers
Messages : 72
Présentation : LES FLEURS DU MAL
Journal : FROID POLAIRE
Fiche de renseignements : WWW
Arrondissement : 11e ✧ Ota
Quinque : Rui
Réputation : 490
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile Mer 26 Déc - 1:34

INSPECTEUR
HAKUEI
hakuei & sybile
Tout de suite agrippée et tirée vers le bas par une attaque soudaine, Sybile manqua soit de basculer en avant soit de bondir en arrière, et de quand même se casser la gueule au final, juste dans l'autre sens. A peine lui avait-il touché deux mots qu'elle sentait déjà ses nerfs s'entortiller autour de sa patience et la prendre en otage, ce qui la réduisait encore plus rien qu'en pensant à cette image, et elle se dit qu'elle ne garderait pas son calme plus de deux minutes montre en main.

Les souvenirs de son investigation sur le cas Sakurada revenaient en elle comme des flashbacks d'une guerre terrible pour ses nerfs. Oh ça il ne lui avait pas manqué, et elle commençait vraiment à regretter d'avoir accepté la demande de ses collègues. Sa bonté la perdra, et son manque de contrôle lui causera bientôt une nouvelle faute professionnelle. Elle pouvait déjà lire le titre des journaux du lendemain : "Une inspectrice de la CCG agresse publiquement un citoyen, où s'arrêtent donc les violences policières ?". Un coup d’œil dans le futur proche, ça lui suffit pour se forcer à se tenir en place, et à se retenir de lui fourrer le talon de sa chaussure dans la bouche pour le faire taire.

Vous m'avez l'air bien turbulent pour un infirme. C'est sans doute mieux que personne ne vous donne de quoi vous agiter encore plus.

Elle l'écoutait déblatérer ses âneries tout seul et l'écoutait d'une oreille, une main posée sur sa hanche et les yeux déjà presque cernés de fatigue, vu qu'il n'avait apparemment pas besoin d'aide pour argumenter sa quête du jour. Sybile aurait préféré réfléchir à ce qu'elle mangerait ce soir en rentrant, une soupe peut être, ou alors elle commanderait une pizza. Et puis la neige lui manquait un peu, en Suède tout devait déjà être couvert d'un épais manteau gelé, quand est-ce qu'il finirait par neiger ici ?

Puis ses pensées dévièrent à nouveau. Elle avait totalement décroché, mais s'était visiblement réveillée au bon moment - qu'est ce qu'il allait farfouiller du côté du bar à ghouls, ce dégénéré ? Il lui manquait un instinct de survie ou quoi ? Peut être qu'il faisait partie de ses gosses de riche qui n'ont pas l'impression de véritablement vivre avant de faire des choses stupides et démesurées. Peut être que c'était juste qui il était. Peut être avait-elle encore déraillé, et que ce n'était pas du tout la question. Prise de court, Sybile avait gaspillé son temps de réponse en temps de réflexion, ce qui avait probablement donné à Hakuei une longueur d'avance pour faire un cent mètres vers la connerie. Elle cracha trois mots avec toute la panique et la fatigue du monde, histoire d’apaiser le démon hyperactif à ses pieds, sans succès.

Je- Monsieur, non c'est- ... euh..

Un soupir lui échappa, et elle se massa les tempes. Deux minutes qu'elle lui parlait et elle sentait déjà le mal de tête arriver, comme elle aurait du s'en douter. Sybile se sentait comme une mère de quadruplés, mais fusionnés dans un seul gosse turbulent, et elle n'avait pas souvenir qu'on lui refourgue ça dans tous les cas.

Bon, d'accord..

Pour le coup, elle avait vraiment l'impression d'être devenue une mère de famille à bout qui cède au caprice de son marmot après une demi heure de pleurs à la caisse. Très bien, elle l'amènerait boire son lait à la fraise plus loin si ça pouvait lui faire plaisir et surtout si ça pouvait le faire taire, bien qu'elle en doutait. Elle en profita pour sortir sa plaque au passage, puisqu'elle était sûre à 90% que monsieur Sakurada ne l'avait pas reconnue pour le peu de fois qu'il l'avait vue, et se présenta machinalement avec l'entrain d'un caissier en fin de service.

Sybile Van Hilde, inspectrice deuxième classe. J'ai travaillé sur votre cas, si ça peut vous rappeler quelque chose.

Puis après avoir rangé son insigne à sa place cette fois, Sybile l'attrapa par le bras - le bon, pas celui qui risquait de se décrocher si elle tirait trop fort dessus - et le dressa sur pied. Elle se dit qu'elle le traitait peut être un peu trop comme un enfant, et que comme un enfant, elle aurait plutôt du tourner les talons et partir devant en espérant qu'il reste planté là et que quelqu'un l'enlève pour qu'elle puisse enfin s'en débarrasser, mais elle pouvait sans doute rêver.

L'inspectrice traversa la foule en plein travers sans sa considération habituelle, mais avec les mains dans les poches de son gilet, les pieds qui traînent et le moral dans les chaussettes. Elle continuait de se persuader qu'elle avait encore une chance de le semer, mais au fond Sybile savait très bien qu'il ne la perdrait pas des yeux s'il pouvait avoir ce qu'il voulait ; et de toute façon c'était son travail, et même si elle le voulait elle ne pouvait pas s'enfuir comme ça.
Elle poussa la porte du premier café qui se présentait et se glissa dans un siège vide, se disant qu'un lait à la fraise ne pouvait pas être trop extravagant et dur à trouver, et que ça serait bien assez pour tenir sa cible occupée. A peine eut-elle posé son postérieur et son sac à coté d'elle qu'elle appuyait déjà son coude sur le coin de la table, joue sur le poing, le regard dubitatif et planté sur l'héritier Sakurada comme une flèche de jugement.

Les informations sur ce bar sont classées. Pourquoi cherchez-vous à en obtenir ? Vous devriez utiliser les morceaux de corps qui vous restent de manière moins suicidaire.

__________________________________

u c
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei L. Sakurada
humain
Hakuei L. Sakurada
Inspecteur Hakuei ft. Sybile LQ7pHZn
Messages : 21
Présentation : introduction | dossier
Arrondissement : 14° & 15°
Réputation : 330
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile Mer 26 Déc - 12:45



Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412

Inspecteur Hakuei

Ledger ne saisissait pas tellement. "Turbulent". C'était un mot qui revenait souvent sur les avis déposés par ses instituteurs. Et ce depuis toujours. Enfant il avait appris à craindre ce mot : c'était un terme mauvais, cruel même, puisqu'il conduisait souvent à rameuter des nuages noirs au-dessus du Daron. Et quand il percevait la silhouette immense se crisper, que la tête juchée tout là-haut commençait à choir ... Alors le gamin savait qu'il fallait prendre ses jambes à son cou. Non pas que Monsieur Sakurada ait été un paternel violent, mais parfois les phrases vous transpercent bien plus qu'une lance expédiée à grande vitesse. Turbulent. Maman lui avait expliqué ce que ça signifiait. Mais la réponse n'avait pas du lui convenir, puisque Hakuei ne trouvait pas une bribe de souvenir lié à sa définition. Et en grandissant, il l'avait tout bonnement oublié. Peut-être était-ce synonyme d'une drogue ? Puisque personne ne lui donne "de quoi s'agiter encore plus". Probablement un truc qui vous fait danser la gigue !

En tout cas son interlocutrice aurait sûrement du en prendre un, de cachet. A se masser les tempes comme ça, elle avait une migraine, c'était certain ! Peut-être la grippe. Ou la peste noire ? Il eut un mouvement de recul, le visage crispé en un rictus de dégoût. Tomber malade, il ne manquerait plus que ça ! Ça signerait la fin de l'aventure, et des jours d'ennui dans son petit appartement miteux. Ou pire : un retour chez le PDG de l'enseigne de jouets. Il frissonna. De peur ou bien Ledger était déjà contaminé ? Un tout petit mot le tira de sa soudaine connerie. Sept lettres, qui brillaient comme un sésame. Comme un pass VIP. "D'accord". D'accord quoi ? D'accord "tu me casses les couilles sale morveux tu vas pleurer ta maman" ? D'accord "tu as raison on va enquêter ensemble et c'est toi qui récolteras tout les lauriers" ? D'accord ... "je me casse" ? Non, c'était sûrement le deuxième d'accord : Ledger avait gagné, et il sentait des ailes lui pousser entre les omoplates. Enfin c'est une image. N'allez pas chercher vos quinques pour l’éviscérer.

Il se retrouva nez à nez avec une plaque qui lui disait vaguement quelque chose. Pas le nom de la demoiselle, qu'il avait déjà oublié, faut dire qu'il n'était pas simple et ne sonnait pas très japonais. Néanmoins son élan de bonne humeur se ratatina à zéro quand il comprit le sens des mots suivants.

" - Ah. "

Très éloquent. Toutes sortes de sensations s'entremêlaient dans un balais qu'Hakuei peinait à ordonner. La peur. La frustration de ne pas avoir de visage à mettre sur son agresseur. La douleur, vive et persistante. Mais aussi la chaleur. De son propre sang qui coulait à flots et qui pourtant laissait échapper une tiédeur agréable. Des personnes qui l'avaient pris en charge. Certains jouaient la sympatrie bien sûr, mais d'autres étaient sincèrement troublés par le malheur qui touchait le gamin. Cette inspectrice, de quelle catégorie faisait-elle partie déjà ? Quand il se sentit hissé vers le haut, il se laissa faire et créa une nouvelle case dans sa petite tête : elle, elle faisait partie du bloc "spécial". Les rares qui ne le traitaient ni comme une pauvre petite victime, ni ne l'ignoraient. Elle ne semblait pas vouloir le ménager, ce qui lui fit esquisser un sourire. Il voulut détacher son bras pour l'effet comique de la situation, mais la demoiselle avait été suffisamment futée pour choisir le bon membre.

Finalement elle le conduisit à son Eldorado du jour. Ledger en était certain. Il la suivait avec difficulté à travers la foule, tâchant de ne pas la perdre des yeux. Les gens avaient pour habitude de s'écarter à sa venue, effrayés par ce bras hors norme. Et Ledger avait de son côté la fâcheuse manie de vouloir changer de trajectoire, ce qui conduisait souvent à un face à face non désiré. Au moins ce coup-ci, pas de gamins pour lui coller les fesses et réclamer des jouets à foison. Quand il aperçu le bar où la jeune femme avait apparemment jeté son dévolu, sa mine était à la fois expectative et perplexe. C'était ça, un bar à Ghoul ? Pourtant en y pénétrant il ne vit aucun œil étrange, aucun appendice suspect ... juste des gens d'une banalité affligeante. Il s'installa néanmoins en face de "Madame l'inspectrice", qui semblait jauger quel organe elle allait lui prélever pour le dérangement.

" - Dites, vous n'allez pas me manger au moins ? Ou alors optez pour la jambe ... disons droite. J'aimerai conserver un vrai bras encore un petit peu. "

Un jour une des employés du Manoir avait demander à Hakuei s'il plaisantait à ce sujet par légèreté ou pour échapper à la vérité. Il avait fondu en larme et n'avait pas encore de réponse satisfaisante à fournir. Il se mit à bougonner, les bras croisés devant lui, à demi avachi sur la table.

" - J'ai cru que vous m'ameniez où je le souhaitais. Vous m'avez roulé. Pas très honnête, Madame l'inspectrice. "

Sybile ! Foudroyé en plein dans sa phrase. Ça arrivait parfois. Sans crier gare, les informations (importantes ou non) revenaient à l'esprit de l'estropié. Mais c'était la première fois que ça revenait au moment opportun. Quant à son nom de famille ... deux mots, ça il en était sûr. Il s'était fait la réflexion qu'il ne pourrait jamais le mémoriser. Alors il resta sur le prénom, le répétant en boucle dans sa tête, de peur que l'encre invisible ne s'efface.

" - Moi je pense que si vous les aviez, ces informations, vous l'auriez déjà fait fermer depuis longtemps ce bar. Vous vouliez juste que j'arrête de fanfaronner sur la place, hein ? Vos supérieurs ont peur de me mettre au trou ou quoi ? "

Cette fois, il était certain qu'elle ne l'aiderait pas dans sa quête.

" - Je m'ennuie. "

Clair, net précis. Sincère aussi.

" - Je veux en savoir plus, parce que je m'ennuie. Et aussi pour montrer que je n'ai pas peur. Et puis, ça doit être amusant de côtoyer des Ghouls, de fabriquer des masques par exemple. Dites Sybile, vous croyez qu'elles se font tatouer elles aussi, ou bien elles cicatrisent trop vite pour que le motif puisse rester ? "

Ayé, il s'était encore égaré. Et en plus de ça, il avait menti. Bien sûr qu'Hakuei craignait les Ghouls. Ledger n'était qu'un personnage de scène, une façade crée pour rassurer le premier. Mais quelque soit le nom employé dans la journée, le gamin roux tremblait chaque nuit, et se repassait en boucle ce soir-là. Il détourna la conversation.

" - Bop, mes autres morceaux de corps ne craignent rien : je suis desséché donc pas consommable. Et puis je pourrais faire quoi d'autre ? Un type à moitié squelettique, ça rebute les demoiselles comme les messieurs ! "

Taquin, c'était peut-être pas la meilleure des options face à Madame l'inspectrice. Mais s'il ne pouvait avoir le bar recherché, il avait au moins droit à son lait fraise en lot de consolation.


__________________________________



Y a le Croquemitaine


Il m'a croqué mon bras, on est pas pote


Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 2452412 Inspecteur Hakuei ft. Sybile 37
Voir le profil de l'utilisateur
Sybile Van Hilde
ccg △ rang 2
Sybile Van Hilde
ghost flowers
Messages : 72
Présentation : LES FLEURS DU MAL
Journal : FROID POLAIRE
Fiche de renseignements : WWW
Arrondissement : 11e ✧ Ota
Quinque : Rui
Réputation : 490
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile Mer 9 Jan - 22:07

INSPECTEUR
HAKUEI
hakuei & sybile
A l'écouter ainsi, Sybile ne pouvait pas être bien sûre de comprendre tout ce que cet incroyable enfant était capable de déblatérer. Elle avait beau parler assez bien le japonais pour avoir une discussion sensée et comprendre la majorité de ce qu'on lui disait, l'héritier des Sakurada ne s'arrêtait jamais et passait du coc à l'âne sans arrêt ; si bien qu'au delà de son mal de crâne montant, l'inspectrice sentait son cerveau se liquéfier peu à peu. Elle le suivit mollement du regard, à s'avachir sur la table d'un air dévasté, et attendit qu'il ai enfin finit par se taire. Avec le plus grand des sérieux et la voix grave, si posée qu'elle aurait pu l'en pétrifier, Sybile se pencha à son tour sur le corps résigné sous ses yeux et le fixa d'un air dur qui aurait pu être si dramatique qu'il en aurait été drôle, mais n'y arrivait vraiment pas.

Bien sûr que si. Je vais vous éventrer juste ici, avec une vingtaine de témoins et une patrouille policière dans la rue d'en face, et manger votre foie à cette même table.

Une fois glissée à nouveau contre le dossier de sa chaise, un sourire en coin la trahit et montra qu'elle rigolait - mal, mais elle rigolait. Elle espérait qu'Hakuei l'ai entendu comme ça en tout cas, et qu'il ne se mette pas à crier inutilement en croyant avoir été prit en embuscade. Il était idiot, inconscient et totalement ahuri, mais pas non plus stupide ; mais encore une fois, c'est ce qu'elle espérait.
Un serveur s'approcha de leur table, regarda du coin de l'oeil le jeune homme affalé sur la table d'un air inquiet, puis la jeune femme stoïque le fixant toujours. Sybile se tourna d'un coup vers lui, toute sourire, et commanda le lait à la fraise d'Hakuei, et un thé noir au jasmin pour elle.

Soudainement possédé par je ne sais quelle bestiole agressive, le voici qui s'agitait et repartait encore sur cette maudite histoire de bar, ce qui commençait à froisser Sybile. Elle qui pensait s'être un peu détendue, elle était de nouveau sur le qui vive et avait froncé les sourcils par dessus son regard froid. Peu importe ce qu'il cherchait à obtenir, que ce soit la vérité à ses lubies sur ce lieu où elle ne souhait à aucun humain de se retrouver ou un peu d'amusement puéril pour occuper ses journées, il s'éloignait très rapidement de ses réponses. Même si elle le voulait, ou si elle le pouvait, Sybile n'avait rien à lui dire. Ces informations confidentielles, comme leur nom l'indique, elle-même ne les avait pas. Elles étaient bien gardées, dans un dossier où était marqué en grosses lettres rouges sur la couverture "interdit aux inspecteurs récemment transférés ayant commis une faute professionnelle qui les handicape encore dans leurs enquêtes actuelles". Ou quelque chose dans ses lignes là.

Si c'était si facile que ça, il serait fermé depuis longtemps. Mais on a besoin de preuves exposables à la police, de mandats, de -

Elle se serait presque laissée déborder si on ne l'avait pas coupée en plein élan. L'ennui. Quel genre d'ennui peut ressentir un fils de pdg d'une multinationale, milliardaire, avec tous les jeux imaginables disponibles en un claquement de doigt, avec un casier judiciaire à dix-sept ans, avec un bras en moins après une rencontre plus chanceuse que malchanceuse avec une ghoul ? N'en avait-il pas assez pour se distraire ? Mais même si elle n'y comprenait rien, Sybile sentait que d'un coup le gosse pourri gâté devant ses yeux s'était un peu ouvert à elle, et avait soulevé quelque chose qu'elle n'aurait pas imaginé toute seule.

C'est... une bien curieuse façon de s'occuper, je dois dire.

Ca lui avait cloué le bec, honnêtement. Elle regardait bêtement la table, les bras croisés. Tout d'un coup sa tête était si vide qu'elle en avait du mal à penser à quoi que ce soit. C'était l'ennui qui le faisait devenir aussi exécrable et infernal ? Pas qu'Hakuei soit le plus détestable de tous les gamins qu'elle connaissait, certains de ses prétendus collègues étaient bien pires, mais c'était bien le premier qui laissait ainsi s'échapper un échantillon de ses pensées. Sans vraiment y faire attention, elle avait l'impression qu'elle aussi avait un peu dévié de sa trajectoire initiale, et commençait à laisser son esprit vaquer librement. Etre du côté des ghouls, fabriquer des masques, vivre caché ; c'est vrai qu'elle n'y avait jamais pensé de cet angle de vue là. Elle réfléchissait dans sa tête, parlait sans réfléchir, et au final laissa ses pensées sortir à haute voix.

Et bien.. on a déjà attrapé des ghouls tatouées, mais c'est vrai que je n'y avais jamais pensé comme ça.. je suis chasseuse, pas scientifique. Maintenant que vous le dites, je me demande bien comment ça marche.

Chasseuse. C'est tout ce qu'elle avait connu et tout ce qu'elle avait été, toute son enfance, toute son adolescence, toute sa vie jusqu'ici. Ses parents l'étaient eux aussi, et c'est comme ça qu'elle avait été élevée ; à traquer et éliminer la proie en en sachant juste assez pour pouvoir s'en débarrasser, pas à comprendre ce qu'elle pensait. Certes ce n'était pas demain la veille que Sybile se rangerait du côté des ghouls, car ils restent des êtres infâmes qui se nourrissent d'hommes et sèment la terreur partout où ils passent, laissant des trous béants dans les cœurs de familles impuissantes et seulement des ruines dans des villes dévastées. Mais c'était toujours des êtres, avec des coutumes et des désirs, qui respirent, mangent, boivent et communiquent - comme n'importe quelle biche ou sanglier, mais bien mieux caché, et bien plus meurtrier.
Le même serveur, encore sorti de nulle part, fit son entrée et posa les deux boissons sur la table, ce qui fit sortir Sybile de ses pensées avec un sursaut. Elle prit la tasse chaude entre ses mains, l'eau bouillante brûlant ses doigts même à travers la porcelaine blanche, et observa les remous du thé d'un air absent.

Enfin, dans tous les cas, fouiner dans les environs ne vous apportera que des problèmes, si ce n'est pas de plus gros ennuis encore. Je vous défend également de trop mentionner ce problème, le grand public est déjà assez secoué depuis quelques années pour en rajouter. Vous devriez vous aussi vous en détacher un peu, sûrement.

Sybile prit une gorgée de son thé, le dos et le regard bien droit. Maintenant qu'elle s'était laissée berner par un gamin, elle avait repris son sérieux et se devait de le dissuader de s'approcher des ghouls, ce qui ne semblait pas être une mince affaire. Il était têtu comme une mule ce gosse, et il ne se laissait pas abattre par un discours facile de l'inspectrice. Il fallait lui rentrer dans le lard.

Si vous êtes si intéressé par les ghouls, pourquoi ne travaillez vous pas pour le CCG, Sakurada Hakuei ? Mh... Hakuei.

Elle le regardait par dessus sa tasse de thé d'un air inquisiteur, presque accusateur. Autant prendre le taureau par les cornes ; s'il voulait tant de sensations fortes que ça, qu'est ce qu'il foutait là à papillonner dans les jambes des adultes au lieu de devenir de la chair à canon pour ghoul, si c'est ce qu'il voulait tant. Même en sachant qu'il faisait tout ça par pur ennui, Sybile ne comprenait toujours pas. Et surtout, elle ne comprenait pas comment ce sale gosse avait réussi à lui faire penser à la condition des ghouls, tout d'un coup comme ça. Ce n'était que des monstres, et ça l'irritait de penser autrement.

Je ne dis pas ça pour vous recruter, bien au contraire. Mes supérieurs me détesteraient s'ils m'écoutaient parler comme ça. Enfin.. Beaucoup de mes collègues ne sont là que pour la traque et sont bien satisfaits d'être payés à tuer, ce que je peux comprendre. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'ils soient aveugles et qu'ils ne cherchent pas à voir plus que les faiblesses de leurs ennemis, alors que des gens de l'extérieur le font.

Ses pensées s'emmêlaient encore plus à chaque fois qu'elle essayait de mieux les reformuler. Barrière de la langue ou pas, Sybile s'était quand même confuse elle-même. Regardant le plafond, elle remettait les mots en place comme s'ils étaient individuellement découpés sur du papier. Elle était partie sur une toute autre discussion, et en se rendant compte de son silence, elle saisit son opportunité de continuer sa phrase avant d'être coupée par un autre sujet qui n'avait rien à voir.

Ce que je veux dire, c'est que vous semblez penser si différemment de ceux qui sont en face des ghouls tous les jours, que je ne sais pas si c'est parce que vous êtes trop ouvert d'esprit, candide ou juste inconscient. Vous ne devriez pas avoir tant de sympathie pour des monstres.

Ça lui faisait mal d'y penser comme ça, mais c'était bien plus convenable à dire pour une inspectrice. Bien plus convenable à entendre pour un ado turbulent qui voulait se jeter dans la gueule du loup pour voir ce que ça fait, aussi. Qui sait ce qui pourrait lui retomber dessus si jamais il lui arrivait encore quelque chose, cette fois par sa faute, tout ça parce qu'elle a hésité quelques secondes en se disant que les ghouls n'étaient pas si terribles. Elles l'étaient, et le seraient toujours. Les monstres mangeurs d'hommes ne méritent pas la compassion de leur proies, et encore moins de celles qui vivent pour lutter contre eux.



hrp ; encore vraiment désolée pour le temps de réponse ;_;

__________________________________

u c
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Inspecteur Hakuei ft. Sybile

Inspecteur Hakuei ft. Sybile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'inspecteur Lucius est toujours directeur de la PJ
» Vos dessins animés préférés...
» Le Lutin et l'inspecteur [Shord]
» Le château de Cagliostro.
» Go Go Gadget...

Tokyo Ghoul: Higanbana :: Tokyo :: Ouest :: Nakano-
Sauter vers: